Envol d’oreillers est la trace d’une histoire d’amour fantasmée. Mes rêves en sont les créateurs.

Tout a commencé un matin de l’automne 2011. Je me réveille. J’ai encore rêvé de lui, ou plutôt de ses bras qui m’enveloppaient. Et, à mon grand regret, il n’en reste déjà plus aucune trace. Seuls quelques cheveux se sont déposés sur l’oreiller sur lequel j’ai dormi et dont la forme garde encore la mémoire de mon corps. Sur cet oreiller, je broderai avec mes cheveux les bras enveloppants. Ainsi naîtra le premier oreiller brodé. D’autres rêves m’amèneront à broder d’autres oreillers.

Envol d’oreillers nous amène d’emblée dans l’univers du rêve. Mais le processus est inversé. C’est en navigant au milieu de cette matière-réalité que nous basculons paradoxalement à l’intérieur de nous-mêmes, au plus profond de nos désirs et fantasmes. Réel et fiction peuvent alors se mêler.